Sans commentaire ...

Spéculos !!!

Voici une premère version de notre vidéo gourmande ...

Qu'en pensez vous ?

plastic1-v1 from dupuy on Vimeo.

Nouvelle implantation à Port Medoc ?

Nous avons choisi, cet hiver, de nous rapprocher des plages à nettoyer, déjà 11 collectes programées pour 2019 de Biscarosse à Hossegor, pensez à vous inscrire ...

U Sognu est donc en hivernage à Port Medoc et nous réfléchissons serieusement à y créer une nouvelle antenne United Seas.

Nous y avons trouvé un local qui peut nous servir de siège social, de boutique d'objets recyclés, de point de départ de nos sorties pédagogiques mer (Vedette La Boheme, U Sognu) et plages (en Fatbikes).

Pourquoi ne pas exposer une unité de recyclage mobile en démonstration ? Ce n'est pas la place qu'il manque ici.

Nous pourrions disposer d'un terrain a proximité pour organiser notre atelier de recyclage de coques de bateaux.

Après rencontre avec le port, il apparait que nous avons des convergences d'actions et réfléchirons très vite à une mise en oeuvre dès 2019.

Affaire à suivre ...

Emballage plastic abusif

Je me demande vraiment comment on faisais ... Avant ! 
Voilà encore un bel exemple d’emballage plastique abusif, moi je préférais l'emballage d'origine, la couleur était plus sympa !

ORANGE PLASTIQUE

Merci à notre adhérent Seb de nous avoir envoyé ce bel exemple de gâchi !

Usine de recyclage de plastique mobile ...

Une application pour signaler des dechets

Nous allions la développer et elle existe déjà : L'application citoyenne qui géolocalise et alerte sur les déchets sauvages
L'APPLICATION QUI PERMET D'ELIMINER LES DÉCHETS À TRAVERS LE MONDE AVEC VOTRE SMARTPHONEIMG 6672


Expédition 7e Continent a développé une application participative permettant au public de géolocaliser et de témoigner en photo ou vidéo des déchets plastique présents dans la nature. Nos 7e Continents à nous, ceux du coin des rues, des bas côté de routes ou sur les berges de fleuves et rivières, ceux qui nous choquent visuellement et qui nous interpel lent.
Cette application connecte chaque individu muni d'un Smartphone à un réseau local d'associations, de collectivités, d'industries intéressé au ramassage des déchets plast ique et de leur recyclage. Expédition 7e Continent souhaite pouvoir engager chaque citoyen dans la lut te des déchets plastiques. Au travers de l'application chacun peut dénoncer ces déchets avant qu'ils ne finissent d ans nos océans. L'application remplit également une fonction scientifique qui alimentera en Big Data, via le crowdsourcing des organismes comme le CNES, Google, à des fins de connaissance ou de cartographie des sites de pollution. L'économie circulaire est également présente dans cette démarche pour créer de l'emploi local de proximité, grâce aux actions de recyclage de cette matière secondaire que sont les déchets plast iques.

Recherchez 7eme continent sur google play ou itune

Les 200 tonnes de déchets de Méricourt ont mystérieusement disparues !!! ,

Quelqu'un aurait t il tiré la chasse ?

On vous en parlait ici il y a 2 jours. La crue a nettoyé les berges de la Seine et les déchets se sont accumulés en amont de la dernière écluse. Mais surprise, les 200 tonnes de déchets bloquées ont tout simplement disparues ... VNF (voie navigable de France) qui s'était engagé à les récupérer à envoyé une barge qui est arrivée sur place mardi dans l'après midi mais les déchets se sont évaporés ...  Etrange, car personne n'a vu ce colossal chantier ! VNF affirme ne pas avoir ouvert l'écluse.

 Le député Bruno Millienne, sensible à la question a interpellé le gouvernement cet après midi. Ce dernier reste très flou. Affaire à suivre, espérons que la lumière soit faite sur l'affaire mais il y a fort à parier qu'à cette heure ces déchets ont déjà rejoins la Manche !

 Bruno Millienne sur tweeter :

Bonne Action - Anonyme

Et oui, un petit geste citoyen aux grandes conséquences ... 300 litres de détritus de moins dans la nature !

Un lac de déchets sur la seine

Ici une écluse empêche ces déchets de continuer leur voyage, et fort heureusement le maire va faire procéder à leur collecte ... Mais ce n'est pas le cas partout, ces déchets finissent en mer pour une grande majorité ! Il est urgent de nettoyer nos berges, il est urgent de changer nos comportements !

Le projet M.E.R.

Quelles solutions pour se débarasser du plastique en mer ?

Voici quelques pistes qui s'adressent aux politiques et industriels :

  • Imposer aux industriels une limite de taille d'emballage (un emballage pourrait par exemple ne pas dépasser un certain pourcentage du volume du produit vendu). Es-ce bien rationnel d'utiliser un emballage de 25cm x 20cm pour une simple clefs USB de seulement 3cm ? Outre la dimminution conséquente des besoins en matières plastiques, une loi allant dans ce sens permettrait de réduire de facon drastique les émissions de CO2 par le simple gain de place dans le transport des marchandises (moins de camions sur les routes, moins de containeurs en mer ...), même les magasins gagneraient en surface de vente !
  • Valoriser et encourager la vente en vrac. Céréales, sel, sucre, toute l'épicerie sêche peut se vendre en vrac. Si les prix encourageaient le consommateur, ses habitudes changeraient très vite !
  • Des alternatives aux plastiques existent dans tous les secteurs et des progrès sont en cours. Je citerai seulement l'exemple des cotons tiges, où le ligislateur à imposer le changement de la tige en plastique par une tige en carton toute aussi efficace (vous trouverez dans ce blog un article lui étant dédié ...).

Ces solutions entre autre permettent de réduire la pollution à la source. Malheureusement les enjeux économiques sont tels que dans notre société mercantile et dirigée par les lobbys il sera bien trop tard lorsque ces mesures entreront en vigueur ... UNITED SEAS ORAGNISATION soutiendra toutes les initiatives, signera et partagera toutes les pétitions qui iront dans ce sens mais ne sera pas à l'initiatives des ces actions.

Nous préférons nous concentrer sur une solution que nous fédérons :

Okeanides*. Le projet M.E.R.

Montrer - Eduquer - Ramasser

Montrer les continents de plastiques, montrer à quoi ressemblent nos plages après une tempête, les tonnes de déchets que charient les fleuves après une crue, ce que filtrent les moules, ce qui tue les tortues ... Montrer pour faire prendre consciences de l'urgence de réagir.

Eduquer le public aux alternatives, aux gestes quotidiens qu'il nous faut maintenant éviter.

Ramasser nos déchets : Beaucoup d'associations et communes du littoral organisent déjà des collectes de déchets, nous souhaitons les encourager et y associer les communes riveraines de fleuves et de rivières qui sont indispensables pour obtenir des résultats a moyen terme.

Deux journées par an, dès 2019, les premiers samedi de juin et d'octobre, nous allons organiser une grande fête nationale de la mer, des fleuves et des rivières : Les Okeanides*. 

Deux journées qui mobiliseront des millions de participants  (écoliers, associations environnementale, écoles de plongée, collectivités, entreprises, bénévoles, riverains ...)  dans des centaines de villes autour d'une collecte géante de déchets le long des berges, sur les plages, et les haut fonds et qui se termineront en soirée par un apéro-concert ...

 Les okeanides collectent des déchets pour préserver les mers et océans ... Les déchets seront valorisés pour financer des projets de recherche ou de collecte à l'année. Nous souhaitons une grande mobilisation médiatique !

*Filles d'Océan et de Téthys, les okeanides sont des nymphes aquatiques, au nombre de 3000 elles sont les gardiennes des lacs, fleuves, ruisseaux et des fonds marins ...

C'est juste un mégot ...

Oui mais :

Un seul mégot pollue 500 litres d'eau ! Quand on sait que la plupart des mégots jetés dans la rue finissent dans l'océan, cela nous permet d'avoir un aperçu des dégâts que peut engendrer un simple petit mégot.

Les filtres ont absorbé une partie des 4000 substances nocives présentes dans une cigarette industrielle (et oui 4000 substances différentes !!), dont des résidus de pesticides, des métaux lourds, de ammoniaque, de l'acide cyanhydrique en plus de la classique nicotine. Et bien d'autres... Tout en sachant que , parmi ces 4000 substances, une cinquantaine d'entres elles sont cancérigènes. C'est simple dans un seul mégot, il y a assez de poison pour tuer la moitié des poissons mis dans un litre d'eau... le tout en seulement 96 heures. Sans parler des risques d'ingestion par les animaux qu'ils soient marins ou terrestres. En mangeant un mégot un animal peut mourir sur le champs en s'étouffant ou en s'empoisonnant. mais ils peuvent aussi à terme être en sous nutrition car comme chacun sait manger des mégots n'est pas bon pour la santé...

 

 

Notre futur outil d'exploration

 

Nous avons choisi Cannes ...

Et nous espérons que Cannes nous accueillera.

C'est le moment d'officialiser notre association en France. Comme nous sommes  tous des marins et que nous habitons nos bateaux, c'est un peu compliqué pour nous de trouver un siège social. Heureusement il existe dans presque toutes les communes une organisation qui dépends des mairies et qui s'appelle la maison des associations. Cette structure nous conviendrait parfaitement car elle nous permettrait outre de recevoir nos couriers officiels, de nous réunir et d'exposer nos différents travaux.

Nous avons choisi la ville de Cannes qui, pour sa gestion des problématiques environnementale qui nous concernent a toujours su se montrer réceptive et réactive.

Par ailleurs 3 des principaux membres de l'associations sont dans le port de Cannes au moins 6 mois par an dont notre président.   

Réponse d'ici quelques jours ...

Vous trouvez ça normal ?

Si vous aussi vous êtes choqués, rejoignez nous ! Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Mola-mola, une bonne nouvelle ?

 

C'est quoi ça ?

mola2

On appercoit d'abord une nagoire dorsale godillant au loin qui fait  penser à un requin évoluant paisiblement à la surface. En s'approchant on découvre une masse assez disgracieuse : Une tête, deux nageoires dorsales protubérantes, pas de corps, pas de queue ...

On reconnais alors la Môle, Mola-mola, le Poisson lune ! Adulte l'engin peut afficher 1000kg sur la balance  ...  
Les môles adultes ont peu de prédateurs, si ce n'est les lions de mer, les orques ou les requins. L'homme, dans certaines parties du monde, la considère comme un mets délicat comme au Japon ou à Taïwan mais la commercialisation de sa chair est interdite dans l'Union européenne. On l'appercoit de plus en plus en Mediterrannée, parfois isolée, parfois en grande concentration sur quelques milles. Et c'est malgrès tout une bonne nouvelle car elle se nourit exclusivement de méduses !

Une étude menée par le CEFE (centre d'ecologie fonctionnelle et évolutive) menée en 2012 dont les résultats viennent tout juste d'être publiés (Déc 2017) donnait déjà des chiffres vertigineux.

Plus de 290 000 ont été comptabilisés en été et jusqu'à 475 individus par 100 km2 en Méditerranée, dans le Golfe du Lion.
Ils mangent 13 000 tonnes de méduses par jour en Méditerranée. Pas étonnant que l'on en croise si souvent dans nos sorties pédagogiques.

 

"On ne s'attendait vraiment pas à en trouver autant et c'est plutôt une bonne nouvelle puisque l'espèce est classée vulnérable par l'UICN (*), réagit le chercheur. Nous avons ensuite calculé combien de méduses les poissons-lunes ont besoin pour se nourrir, ce qui n'avait jamais été fait".
Et là encore, le résultat est spectaculaire : plus de 13 000 tonnes de méduses consommées par jour sur la zone d'étude en Méditerranée. Soit, par exemple, pour un Mola Mola pesant 121 kg, environ 71 kg engloutis par jour !

Ces chiffres confirment si l'on en doutait encore que la présence des méduses en Mediterrannée est également spectaculaire ... et là c'est une moins bonne nouvelle car certainement lié à la polution (plastique en particulier), au réchauffement climatique et à la surpêche ...

 Crédit photo United Seas Organisation Juillet 2017

 

Les bouteilles plastiques

 

Nous n'avons ni la prétention ni le pouvoir de faire plier le lobbie des eaux minérales, les multinationales du Soda ou les fabricants de bouteilles en plastiques qui pesent aujourd'hui 500 milliards de bouteilles vendues par an. Certaines associations environnementales de grandes envergure s'y emploient et nous les soutenons. Mais en attendant qu'elles y parviennent les bouteilles en plastique ont encore un bel avenir dans nos supermarchés. 1122957402

"Qu'il est merveilleux ce monde qui nous est proposé dans les campagne publicitaires des eaux minérales : Contrex, Evian et les autres abreuvent leurs agences de publicité d'un flot continu d'euros pour nous présenter un monde merveilleux ou la nature est reine et les eaux minérales pourvoyeuses de santé et de bien être. Mais ces images idylliques sont là pour nous faire oublier que le tableau est beaucoup moins agréable, puisque la nature se passerait volontiers des 170 000 tonnes de plastiques nécessaires pour la fabrication des bouteilles et des millions de tonnes de CO2 émises pour les transporter et... les recycler (ces chiffres ne concernent que la France) ! Quand aux bienfaits diététiques de ces eaux, le seul amaigrissement sensible et constaté est celui de nos portefeuille, puisque l'eau minérale est en moyenne 200 fois plus chère que l'eau du robinet." Je vous invite à lire la suite de cet article sur Agoravox, le média citoyen (Eaux minérales, du rêve au cauchemar). 

A cette analyse très réussie je rajouterai pour ma part les quelques chiffre suivants :

 

500 milliards de bouteilles vendues dans le monde en 2017, seulement 7% ont étées collectées et recyclées ...
Entre 5 millions et 13 millions de tonnes de plastique se déversent chaque année dans les océans.
La bouteille en plastique est certainement le déchet que l'on rencontre le plus sur nos plages.

selon la Fondation Ellen MacArthur, d'ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les mers du monde.

 Si les images de tonnes de plastique dérivant à la surface de l'océan ne suffisent pas à vous sensibiliser au danger inhérent à la pollution, l'impact sur notre alimentation pourra peut-être aider. En effet, les experts ont d'ores et déjà prévenu que l'on retrouve dans notre chaîne alimentaire des traces de ces plastiques.Les scientifiques de l'Université de Gand en Belgique ont récemment calculé que les personnes qui mangent des fruits de mer et surtout moules et des huitres ingèrent jusqu'à 11.000 petites pièces de plastique chaque année.Les organismes filtreurs accumulent le plastique ; de un à deux fragments de plastique de moins de 1 mm par gramme de chair de moules récoltées dans le nord de la France et en Belgique, soit une moyenne de 300 fragments par portion de 300 grammes.

Mais que pouvons nous faire face au dictat de la consommation et de la croissance ? 

Bon premièrement le soda c'est pas bon pour la santé, deuxièmement il n'est pas du tout prouvé que l'eau achetée en bouteille en plastique le soit vraiment. Surtout si comme moi vous les voyez stockée derrière votre hypermarché en plein soleil ... Vous n'avez pas confiance dans l'eau du robinet ? Filtrez là, il existe de nombreux appareils très efficaces.
Cela dit si vous ne pouvez pas vous en passer, une fois vide, comprimez la bouteille vide et jetez la dans le container approprié. Si la poubelle de la plage est pleine et déborde de toute part, cherchez en une autre et signalez aux autorités que la poubelle est pleine. Si vous appercevez quelqu'un qui en jette une sur le bord du chemin, ramassez là et dites lui qu'il l'a perdue. S'il est taillé comme un boxeur oubliez de lui rappeler qu'il l'a perdu et jetez là dans une poubelle. Bref pour préserver la mer, sauvons les bouteilles de l'abandon, donnons leur au moins une chance d'être recyclées !

Fini les cotons tiges en plastique !

 

Qui n'as pas trouvé ces petits batonnets sur les plages que l'on prends facilement pour des batons de sucette ?
Il s'agit en fait de cotons-tiges ! En principe, ils sont arrêtés par les grilles des stations d'épuration. Mais, en cas de fortes pluies, les réseaux peuvent déborder et rejeter ces déchets dans la nature. Un poison ambulant pour la planète que l'on retrouve également dans l'estomac de nombreuses espèces marines. Non seulement ils relâchent des substances chimiques qui continuent de se diffuser dans l'environnement tout au long de leur durée de vie et viennent s'agglomérer au continent plastique. Mais, en plus, ils risquent de perforer les organes des oiseaux et des poissons qui les ingèrent.coton tige2

A partir du premier janvier 2020, cela en sera fini des cotons tiges en plastique ! Grâce au travail des associations de protection de l'environnement et en particulier à Surfrider, dans le cadre de la loi Biodiversité adoptée le 20 juillet, le Parlement a en effet décidé d'interdire leur mise sur le marché en France. La mesure est loin d'être anecdotique pour la planète et il serait judicieux de l'anticiper en faisant les bons choix ...

Déjà présent dans vos rayons de supermarchés, vous trouverez des bâtonnets en papier à base de cellulose 100 % recyclable blanchie à l'eau oxygénée pour les bébés, avec des extrémités 100 % coton.  Il existe aussi des modèles en carton ou en bois et des versions réutilisables ...

Si vraiment vous êtes un inconditionnel des cotons-tiges en plastique, évitez de les jeter dans la cuvette des toilettes !

 

 

 

 

Credit photo : surfrider fondation