Mola-mola, une bonne nouvelle ?

 

C'est quoi ça ?

mola2

On appercoit d'abord une nagoire dorsale godillant au loin qui fait  penser à un requin évoluant paisiblement à la surface. En s'approchant on découvre une masse assez disgracieuse : Une tête, deux nageoires dorsales protubérantes, pas de corps, pas de queue ...

On reconnais alors la Môle, Mola-mola, le Poisson lune ! Adulte l'engin peut afficher 1000kg sur la balance  ...  
Les môles adultes ont peu de prédateurs, si ce n'est les lions de mer, les orques ou les requins. L'homme, dans certaines parties du monde, la considère comme un mets délicat comme au Japon ou à Taïwan mais la commercialisation de sa chair est interdite dans l'Union européenne. On l'appercoit de plus en plus en Mediterrannée, parfois isolée, parfois en grande concentration sur quelques milles. Et c'est malgrès tout une bonne nouvelle car elle se nourit exclusivement de méduses !

Une étude menée par le CEFE (centre d'ecologie fonctionnelle et évolutive) menée en 2012 dont les résultats viennent tout juste d'être publiés (Déc 2017) donnait déjà des chiffres vertigineux.

Plus de 290 000 ont été comptabilisés en été et jusqu'à 475 individus par 100 km2 en Méditerranée, dans le Golfe du Lion.
Ils mangent 13 000 tonnes de méduses par jour en Méditerranée. Pas étonnant que l'on en croise si souvent dans nos sorties pédagogiques.

 

"On ne s'attendait vraiment pas à en trouver autant et c'est plutôt une bonne nouvelle puisque l'espèce est classée vulnérable par l'UICN (*), réagit le chercheur. Nous avons ensuite calculé combien de méduses les poissons-lunes ont besoin pour se nourrir, ce qui n'avait jamais été fait".
Et là encore, le résultat est spectaculaire : plus de 13 000 tonnes de méduses consommées par jour sur la zone d'étude en Méditerranée. Soit, par exemple, pour un Mola Mola pesant 121 kg, environ 71 kg engloutis par jour !

Ces chiffres confirment si l'on en doutait encore que la présence des méduses en Mediterrannée est également spectaculaire ... et là c'est une moins bonne nouvelle car certainement lié à la polution (plastique en particulier), au réchauffement climatique et à la surpêche ...

 Crédit photo United Seas Organisation Juillet 2017